En décembre 2017, nous avons rencontré Samia, une mère sans domicile fixe qui, très rapidement, s’est rapprochée de notre association. Aujourd’hui, elle revient sur ses expériences avec Entourage.

 

Samia, une amie d’Entourage

Peux-tu te présenter brièvement ?

Je suis Samia, j’ai 53 ans, et je suis maman d’un ado de 17 ans qui s’appelle Sami. J’ai vécu en gymnase et maintenant je suis dans un foyer avec mon fils.

Quelle est la chose la plus difficile quand on est hébergée dans le cadre du plan d’urgence hivernal ?

Dans tous les hébergements que j’ai eu, on n’est pas écouté et on n’a aucune intimité. Et bizarrement, on se sent toujours seul. Moi j’ai de la chance, j’ai Entourage. Mais quand on est SDF, on n’a pas un endroit qui nous appartient. Il nous manque un chez-soi, c’est ça qui est le plus dur.

Comment as-tu connu Entourage ? Qu’est-ce que tu en as pensé la première fois ?

Une femme m’en a parlé. J’étais en gymnase et j’avais besoin de laver mon linge. J’ai créé l’annonce le samedi et j’ai eu une personne qui m’a appelée dans la foulée, tout de suite très gentille. Elle acceptait que je vienne chez elle. Entre temps j’ai eu quelques petits soucis donc je n’ai pas pu y aller. Mais elle m’a dit que c’était grand ouvert chez elle et que je pouvais venir quand je voulais.  Au début, j’avoue que je ne savais pas exactement comment utiliser l’application mais Guillaume [ notre responsable de la modération du réseau, qui contacte tout ceux qui lancent une action pour comprendre leurs attentes] m’a vraiment aidé ! J’ai reçu son appel, il était vraiment bienveillant et voulait savoir si mon action avait pu aboutir. Je trouve que c’est très bien d’appeler les gens en premier pour voir un petit peu les besoins, j’ai vraiment apprécié cet appel parce que j’avais l’impression de pas être seule, d’avoir quelqu’un sur qui compter. J’avais une personne que je n’avais jamais vu, qui ne me connaissait pas mais qui m’écoutait. Ça m’a fait du bien.

Début d’interview…

Quelles sont tes actions sur l’application ?

J’ai commencé et rejoins beaucoup d’actions : pour laver mon linge, de l’aide administrative, de la nourriture, des produits hygiéniques, discuter etc. Mais même quand c’était du don matériel, il y avait quelque chose de différent. En fait j’ai l’impression que toutes les personnes que je rencontre par entourage sont des copines et copains : on discute, on rigole, c’est convivial. J’avais rencontré Alain, par exemple, qui nous avait apporté à manger au foyer. On a beaucoup discuté et c’était comme si je voyais un papa ou un grand frère. La famille, quoi.

Tes plus belles rencontres ?

Il y en a deux qui me viennent à l’esprit. C’était juste avant le 31 décembre et je ne me voyais pas passer ma nuit dans un foyer. C’était un peu déprimant pour moi, j’avais vraiment besoin d’être entourée. C’est là que j’ai vu l’annonce d’Axel qui proposait un réveillon solidaire et qu’on aille ensuite à l’Arc de triomphe pour voir les feux d’artifices. J’étais un peu appréhensive mais honnêtement, je n’ai pas eu trop peur, je me suis lancée. Je savais qu’il y avait une bonne modération du réseau par Guillaume, qui contacte tout le monde, et que c’était sécurisé donc ça ne pouvait pas être un mauvais plan ! Au final, je l’ai rencontré lui, sa femme, et leurs deux petits garçons. Dès que je suis arrivée, c’est comme si j’étais une tata qui venait leur rendre visite. J’étais vraiment à l’aise avec eux. On a passé une super bonne soirée ! Je n’avais pas trop envie d’aller sur les champs donc on a regardé les feux d’artifices à la télé – pas besoin de se lever ! C’était une soirée incroyable.

Sinon, pour répondre à ma demande de laver mon linge j’avais eu une dame, Delphine. Elle m’avait proposé de partager un petit déjeuner. Elle a des enfants et leurs avait fait des crêpes donc elle m’en a donné. Quand elle m’a donné un kiwi elle l’a coupé comme elle fait pour ses enfants – j’ai trouvé ça trop mignon. C’était vraiment un accueil familial. Pour moi elle recevait sa soeur. Elle me propose une douche, elle me donne une brosse à dent, elle me dit que je pouvais utiliser ses crèmes …. Elle m’a dit que j’étais chez moi. J’avais un dossier administratif à faire et elle ne l’avait jamais fait mais elle m’a aidé. C’était compliqué mais elle a géré. À la base ce n’était pas du tout prévu mais elle a vraiment tout fait pour m’aider. C’était vraiment comme une soeur.

Samia et Mason, ancien SDF

Tu participes souvent aux évènements Entourage, qu’est-ce que tu apprécies dans ces moments ?

Je me souviens tout particulièrement du Noël solidaire Entourage, organisé par le Comité de la rue. Je me sentais tellement bien par rapport à l’accueil téléphonique que je suis venue et en fait je me sentais complètement à l’aise. J’avais ramené avec moi des collègues du gymnase et on a été accueillies comme des princesses. J’ai même chanté pendant le karaoké ! Je dansais, je discutais avec les gens. J’avais l’impression d’être dans une famille. J’étais chez moi, voilà. Quand on est SDF on a besoin d’avoir un endroit à soi mais quand on est [avec Entourage], on est à la maison.

As-tu des suggestions d’amélioration de notre réseau solidaire ?

Il faudrait qu’il y ait d’autres personnes qui aient cette chance. Je suis contente parce que Guillaume me donne des conseils, il m’aide. En fait je trouve que Entourage c’est la maison du bonheur mais pour les SDF. J’aimerais que cette chaîne de l’amitié, de la solidarité, soit plus connue. Parce que je ne pense pas que tous les SDF connaissent. Je pense que ce serait bien que les personnes qui ont été aidés, et qui ont aidés, témoignent de comment ça s’est passé. Au moins pour rassurer ceux qui ont peur. Moi je sais que Guillaume, le fait qu’il vérifie tout, m’a vraiment mis en confiance, je n’avais jamais entendu qu’une asso fasse un tel travail de fond. C’est quelque chose d’unique, quelque chose de riche émotionnellement. Aujourd’hui, je ne suis pas juste SDF. Oui, j’ai des problèmes d’hébergement mais j’ai une famille. Des petites soeurs, des grands frères. Je suis quelqu’un de timide mais quand je suis avec [Entourage], même si je connais personne, je suis tout de suite à l’aise. Les gens parlent avec moi parce qu’ils ont envie d’en savoir plus.

Un Apéro au Dorothy café

Comment expliquerais-tu le concept d’Entourage à un enfant ?

Mon bébé regarde, Entourage c’est pour entourer une personne qui est dans la rue. Entourer avec les bras, entourer avec la parole, entourer avec du matériel. Mais surtout, parler, écouter, offrir. Il faut aller lui parler, lui demander ce qu’elle a comme problème. On est là. La personne peut aller sur l’appli pour demander ce qu’elle veut. Mais en fait tout ça c’est pour que la personne soit moins seule, qu’on l’aide dans ses démarches, qu’elle puisse avoir un toit, dormir au chaud. Ça lui permet d’avoir un endroit où aller, être entendue, surtout. Parce qu’Entourage ne juge pas. Tout le monde peut venir, tout le monde peut être écouté, peut parler, il n’y a pas de questions indiscrètes. En fin de compte, Entourage c’est une clé sans code pour rentrer dans une famille.


# # # # # # # # # # # # # # # # # # # #

10 avril 2018

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.