Karim, utilisateur d’Entourage depuis plusieurs mois, est en situation précaire depuis son arrivé en France. Après le succès formidable de son action où il demandait des fournitures scolaires pour son fils, nous l’avons rencontré pour en savoir plus sur son parcours.

Je suis en France depuis un an… 

Je m’appelle Karim, j’ai 48 ans, je suis algérien, j’ai vécu à Alger toute ma vie jusqu’à l’année dernière. Je me suis marié là-bas, j’ai eu un garçon, Malik, et j’y ai travaillé en tant qu’agent immobilier.

Ça fait un an que je suis en France : j’ai quitté en urgence mon pays parce que j’étais menacé, mon fils a failli être victime d’un kidnapping.

Je suis venu en France parce que je connaissais des gens ici, et mon père a fait la 2nde Guerre mondiale pour la France. Et aussi parce que la sécurité, c’est important.

J’ai fait une demande d’asile, mais ils ont refusé. Mais moi, je me sens Français, et j’ai décidé que je ne retourne pas à l’enfer.

Salles d’attente d’hôpital, 115… les tribulations d’un père et son fils pour dormir en sécurité.

Aujourd’hui, Malik est en 6è dans un collège du 14è arrondissement de Paris ! Mais on n’a toujours pas de maison à nous.

Quand on est arrivés, on a dormi dans la salle d’attente des urgences à l’hôpital. Les infirmières ne disaient rien, elles nous laissaient. Le matin, on se levait à 7h, on allait prendre un café au Mcdonalds et ensuite je l’emmenais à l’école.

Après, on a essayé le 115.  Ils faisaient de leur mieux, mais c’était pas adapté : je devais appeler tous les jours sans savoir où on serait envoyés, et à chaque fois ils nous envoyaient en 5ème zone (dans la grande banlieue parisienne), à plusieurs heures de trajet de Paris intra-muros.

Mais je ne pouvais pas pour la scolarisation de mon fils ! C’était pas possible de se réveiller à 5h30 du matin, dans un froid de canard, pour prendre le  RER et qu’il arrive à l’école à l’heure… On a tenu 16 jours, après on n’en pouvait plus. Au 115, ils m’ont dit d’arrêter la scolarisation de mon fils si je voulais avoir un endroit où dormir. Mais vous croyez que je suis venu en France pour dormir ?

Sur Entourage, j’ai trouvé des fournitures scolaires pour mon fils

Au moment de la rentrée, mon fils Malik avait besoin de plein de fournitures scolaires. La liste de cahiers, de stylos, de classeurs était très longues, et je ne voyais pas comment j’allais faire. J’ai  eu l’idée de demander de l’aide sur le réseau Entourage.

Je voyais que plein d’autres personnes osaient demander, j’ai essayé, j’ai tenté ma chance… Ça a marché à merveille !

Antoinette (une avocate), Soraya, Romain (qui travaille dans un hôtel), Claire… ils sont tous venus m’aider. J’ai récupéré des cahiers, des stylos, des gommes, des classeurs et tout !

En plus, dans la discussion, il y avait des messages d’encouragement qui m’ont fait très plaisir comme par exemple Romain qui a dit « Karim, on va finir par y arriver ! »  ou Jérémie qui a écrit “ce genre de problème ne devrait pas exister”.

En tout cas, mon fils était trop content !

« On est en suspens »

En ce moment, on dort alternativement dans le 11 ou dans le 14è, chez des amis qui nous dépannent : mais c’est tout petit, et avec le temps, ils nous mettent la pression et ils ont raison . Ça ne peut pas durer, il faut qu’on se trouve un toit. Emmaüs va m’aider, ils vont appeler le 115 pour plaider notre situation.

Avec mon fils, on se dit souvent que même un placard avec une clef, ça nous rendrait heureux. On a juste envie d’avoir une clef, la liberté.

“Desfois, mon fils fait ses devoirs dans le McDonalds”

Il me dit “papa pourquoi je peux pas faire mes devoirs chez moi ?”, et là, ça me coupe.

Pourtant il travaille bien. Je suis hyper fier de lui, il a 9 sur 10 en allemand alors qu’il en avait jamais fait !

Mon fils, c’est un génie de la natation : j’aimerais bien qu’il rentre dans un club professionnel. Il peut avoir des médailles plus tard. Des médailles pour la France bien sûr !

Je reçois de l’aide, mais j’aime aussi aider : je me dis qu’il faut simplement agir comme un humain, pas comme un héros !

La journée, je n’ai pas de papiers donc je ne peux pas travailler. Je contribue avec Emmaüs : je travaille dans la cuisine. J’aime ça moi, j’aime aider ! C’est pour ça aussi que j’aime Entourage, les connexions et tout.

Je me dis qu’il faut simplement agir comme un humain, pas comme un héros.

Quand j’aide à Emmaüs, j’oublie mes propres problèmes, ça me rend heureux de voir les autres personnes accueillies heureuses. Je me dis que l’Abbé Pierre doit être fier d’eux !

Avec Entourage, je me sens à l’aise !

J’avais téléchargé l’app Entourage en mai 2018, j’avais cherché une application d’entraide sur mon téléphone, et j’étais tombé dessus par hasard.

J’ai aussi créé d’autres actions : besoin d’aide pour rédiger une attestation, besoin d’aide pour un forfait téléphonique…

Si je devais décrire Entourage, en une phrase, je dirais… « vous êtes magnifiques » ! (il fait le signe Entourage avec sa main !). Quand je trouve de l’aide comme ça, je me dis que peut-être que les anges commencent à descendre pour moi ? C’est génial de voir que les gens coopèrent en tout cas.

# # # # # # # # # # # # # # #

1 octobre 2018

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.