Placée sous le signe de la solidarité et de l’innovation sociale, la soirée « Paris je m’engage » s’est tenue le Mercredi 6 Décembre 2017 à l’Hôtel de ville de Paris.

Outre l’opportunité de pénétrer dans ces lieux aux allures majestueuses, elle était surtout l’occasion pour les parisiens de découvrir les structures d’aide à la réalisation de projets solidaires et associatifs, de s’informer sur les associations innovantes qui existent à Paris, de débattre sur des sujets d’actualité, mais également d’assister à des conférences enrichissantes, toujours sur le thème de l’engagement.

 

 

La conférence sur le thème des « spécificités de l’engagement étudiant » a réuni deux intervenants : Claire Thoury, déléguée générale Animafac qui a présenté sa thèse sur l’engagement étudiant, ainsi que Maxime Hurault, chargé de développement local chez AFEV.

 

 

Thèse Claire Thoury sur l’engagement étudiant :

Claire Thoury est l’auteure d’une thèse sur les spécificités de l’engagement étudiant qu’elle a réalisée à l’aide de deux outils pertinents : une enquête à méthodologie qualitative sur une population mère de 60 étudiants, ainsi qu’une enquête à méthodologie quantitative sur un échantillon de 41 000 étudiants (en partenariat avec l’Observatoire de la vie étudiante).

De ces enquêtes sont ressortis quelques chiffres clés :

 

Notons par ailleurs que la plupart des associations étudiantes se créent entre amis et qu’il existe bel et bien une corrélation entre l’engagement et le sentiment d’intégration des étudiants : ce sentiment est partagé par 45,5% des étudiants syndiqués, par 56,7% des étudiants élus et par 48,5% des étudiants membres d’une association, contre 34,5% pour l’ensemble des étudiants.

Outre ce sentiment d’intégration, l’engagement étudiant se révèlerait également être un atout concernant la réussite scolaire. En effet, 77% des étudiants valideraient leur année contre 82,3% pour les étudiants engagés.

Pourquoi s’engage t-on lorsque l’on est étudiant ?

Les études réalisées ont démontré que de manière générale, on ne s’engage pas pour une structure en particulier mais bel et bien dans un objectif d’épanouissement individuel : la notion de plaisir est importante lorsque l’on s’engage.

Politisation post-engagement : contrairement aux idées reçues, la politisation ne serait pas nécessairement à l’origine de l’engagement et pourrait au contraire représenter son aboutissement.

Dans le cadre de sa thèse, Claire Thoury s’est interrogée sur les motivations qui poussent les élèves à s’engager. Quelques réponses récurrentes en sont ressorties :

 

Les étudiants aspireraient à trouver un équilibre entre servir une cause et s’amuser, en d’autres termes être utiles mais sans se sacrifier. Ils aiment expérimenter, prendre des risques : c’est en quelque sorte une manière de s’émanciper du système éducatif et une occasion de développer leur identité propre. Pour preuve, on constate qu’entre 2000 et 2013, le nombre d’étudiants membres d’une association étudiante est en effet passé de 12 % à 26,7 %.

« La vie que j’ai aujourd’hui ne serait pas celle-là si je n’avais pas fait le choix de m’engager » témoignage d’un étudiant engagé

Pour en savoir plus sur la thèse de Claire Thoury, vous pouvez consulter cette page : http://www.ove-national.education.fr/medias/OVE_Infos_33_Engagements_etudiants.pdf

 

Focus sur un engagement étudiant pas comme les autres : les colocations “KAP’S”

 

La Koloc’ A Projets Solidaires (KAPS)  est un type de colocation solidaire développée par l’AFEV …

Maxime Hurault, chargé de développement local à l’AFEV : « Les étudiants peuvent adhérer à ce projet en se mettant ensemble en colocation dans une Kaps. Des logements leur sont proposés dans des quartiers où ils sont chargés de mettre en œuvre leur projet. Ils s’investiront alors dans la vie locale, par le soutien scolaire des enfants ou toute autre action de proximité. »

 

Quelques exemples de projets menés par les étudiants dans le cadre du Kaps :

Dans tous les types d’engagements étudiants observés par l’AFEV, Maxime Hurault, chargé de développement local, remarque que ce qui motive les étudiants engagés est aussi la création de lien social entre eux, le fait d’être ensemble pour soutenir un projet qui a du sens.

Vous êtes intéressé par le KAPS ? Rendez-vous sur cette page :

https://www.digischool.fr/vie-etudiante/logement-etudiant/kaps-projet-solidaire-afev-12280.html)

Un engagement longue durée…

La bonne nouvelle, nous dit Maxime Hurault de l’AFEV, c’est que la démarche d’engagement solidaire initiée lors des années d’étude semble se poursuivre tout au long de la vie active.

# # # # # # # # # # # # # # # # #

18 décembre 2017

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.